Envie de participer ?

Plat Off : Défaite contre Mende

Publié il y a 2 semaines par

Plat Off : Défaite contre Mende

Article sur le site de la ville

« C’est décevant de finir comme ça, ce n’est pas ce qu’on voulait », s’excusait Soané Falafala mais, entre une formation morte de faim et qui a finalement réussi son formidable pari de se qualifier pour les demi-finales et une équipe hôte sans grande conviction car sans aucun objectif précis sur cette dernière rencontre de play-offs.

dsc_0957-1280-px.jpg À l'instar de ses camarades, le libéro intérimaire Soané Falafala est bien conscient de ne pas avoir offert le meilleur visage pour cette der'

Pour cette ultime sortie de l’année, toujours sans public et toujours sans Hugo Lecat - le libéro varois, convalescent après sa déchirure au mollet il y a quelques semaines, n’en avait pas moins revêtu la tenue pour « être avec mes coéquipiers sur cette der’ » -, le Fréjus Var Volley, arbitre du duel à distance entre son adversaire du jour (3e, 8 pts avant le match) et Saint-Jean d’Illac (2e, 9 pts), hôte pour sa part du Nancy d’Éric N’Gapeth (1er, 17 pts), avait pourtant pris le match par le bon bout.

dsc_1017-1280-px.jpg Devenu titulaire de par la blessure d'Hugo Lecat et le passage au poste de libéro de Soané Falafala, Baptiste Enfoux a plutôt bien fini cette saison en montrant toutes ses qualités

Enfoux finit en trombe

Auteurs, comme à leur habitude, d’une entame de match pour le moins poussive (0-3, 4-7, 6-9), les Fréjusiens profitaient d’un bon passage au service de leur capitaine, le Brésilien Alexander Szot, et d’un Baptiste Enfoux très présent en attaque (13 pts au total du match) pour prendre la mesure des visiteurs (égalité à 10, avant de faire le break en deux temps, à 16-12 puis de 17-14 à 22-14) et conclure à 25-18 sur une ultime offensive signée Enfoux !

 

Le chant du cygne pour les joueurs de Loïc Geiler et le dernier set remporté par ses ouailles en cette saison 2020-2021. Car, sur les trois sets suivants, les Fréjusiens n’allaient malheureusement pas parvenir à se faire violence…

dsc_8631-1280-px.jpg Contrarié par une vilaine blessure en tout début de saison, Alexander Szot ne sera pas parvenu à être le “vrai“ patron de l'équipe fréjusienne

Alors, que demander de plus pour Fréjus visiblement démobilisée face à une équipe de Mende hâtée d’en finir et de rejoindre les vestiaires pour devenir les premiers supporters des Nancéiens dans leur lutte face aux Girondins ?

Peut-être tout de même, comme l’avait souligné en présentation de cette rencontre Loïc Geiler, « finir par une victoire à la maison, pour le club, nos partenaires et tous ceux qui travaillent pour faire vivre le volley à Fréjus », défendre les couleurs jusqu’au bout, se faire révolte pour gagner.

dsc_1097-1280-px.jpg Il n'est pas l'un des tout meilleurs pointus de la ligue pour rien, le Wallisien Faipule Kolokilagi a encore inscrit 21 points samedi à Fréjus

Kolokilagi, la bonne patte de Mende

Ce ne sera malheureusement pas le cas – un peu dans le même constat que face aux jeunes de France Avenir 2024 -, et les hommes de Constant Tchouassi s’en iront du coup chercher leur Graal. Emmenés par leur fidèle capitaine presque “quadra“, Ali Kerboua, par leur passeur (MVP du match) Jesus Bruque, par leur central congolais, Vincent Mabiala, qu’on ne voit pas trop mais s’avère particulièrement précieux (17 pts, 4 au bloc), par Jonas Paixao Fidelis et, bien évidemment, par le meilleur marqueur du championnat, le pointu wallisien Faipule Kolokilagi (21 pts encore ce samedi soir), qui ne sera sans doute pas loin du titre de MVP de la saison !   

dsc_1016-1280-px.jpg Qu'elles émanent de Paixao Fidelis (en haut) ou Kolokilagi (ci-dessus), les attaques lozériennes ont par trop souvent mis le bloc et la défense fréjusienne à la peine et à l'amende

Mende hâte les choses !

Sans se muer en mendiant, sans rien demander à personne, le MVL allait quérir trois manches à suivre (deux fois à 20, puis à 14 dans le 4e set) pour venir empocher le billet pour la demi-finale, en coiffant une équipe d’Illac finalement battue à domicile à la manche décisive après avoir mené 2-1.

Et si l’équipe lozérienne n’est sans doute pas la plus amène de la division - à l’image d’un Tanguy Dijoud souvent provocateur -, il convient d’avoir cru en leur(s) chance(s) et ainsi leur reconnaître de super play-offs (2 revers d’entrée de play-offs mais 4 victoires à suivre face à chacun des trois adversaires proposés) !

dsc_1019-1280-px.jpg Une vilaine entorse à la cheville à l'entraînement aura bloqué le passeur Quentin Schouteten pendant plusieurs semaines et matches, mais il est revenu à la mène du jeu est-varois en toute fin de play-offs

Et maintenant, qui reste, qui part ?

Au bout du compte, leur qualification en demi-finale - ils affronteront Saint-Nazaire alors que Le Plessis-Robinson défiera Nancy - est tout sauf usurpée. Et pour peu que la formation lozérienne parvienne encore à s’amender à l’occasion de ce Final Four, et tout grand favori qu’il soit, le Saint-Nazaire Volley-ball devra tout de même se méfier.

 

Pour Fréjus en revanche, le championnat est terminé, mais les joueurs ne sont pas pour autant en vacances. Sous contrat jusque fin mai, ils continueront de s’entraîner alors que vont, non s’entamer mais se poursuivre en coulisses les tractations pour renouveler le bail sur la Côte d’Azur ou partir en quête d’un autre port d’attache.

dsc_0937-1280-px.jpg Loïc Geiler devrait conserver les rênes de l'équipe varoise la saison prochaine après avoir, on le lui souhaite en tout cas, disputé le championnat d'Europe avec la sélection estonienne dont il est l'entraîneur adjoint. Mais en ce qui concerne les joueurs, les dirigeants fréjusiens veulent d'abord présenter et boucler leur futur budget, si possible revu à la hausse ?

Et s’il ne faut pas encore lâcher les informations en notre possession, sachez simplement que le Fréjus Var Volley entend passer un cap supplémentaire l’année prochaine ! Mais l’on aura le temps d’y revenir très très vite…

 

Retrouvez les images de cette ultime rencontre de la saison…

 


POULE A : LE PLESSIS NE MANQUE PAS L’OCCASION. La donne était simple dans la poule A : une victoire robinsonnaise devant le leader nazairien emmènerait les Franciliens en demi, quel que soit le résultat de Saint-Quentin devant Martigues.
Et si les coéquipiers de Julien Bernard ont vite fait les choses devant ceux de Raphaël Attié (3-0 à 20, 21, 20), les “Hiboux“ du Plessis ont pris dans leurs serres les Maritimes (31-33, 25-21, 25-14, 29-27).

Si Le Plessis-Robinson ne s’est pas montré nettement au-dessus de son adversaire de l’Aisne dans ces play-offs (3 vitoires et 3 revers chacun), au moins aura-t-il su profiter de son avantage initial (3 pts contre 1 seul au SQV)…

toute l'association

Commentaires