Envie de participer ?

Loïc Geiler est reparti préparer l’Euro avec la sélection d’Estonie

Publié il y a 1 mois par

Loïc Geiler est reparti préparer l’Euro avec la sélection d’Estonie

Alors que les Français ont accompli une performance historique en se qualifiant pour la première fois dans l’histoire de la sélection tricolore pour les quarts de finale des Jeux Olympiques, Loïc Geiler a rejoint Tallinn, la capitale estonienne où, pendant le prochain mois, il préparera la phase finale de l’Euro en sa qualité de sélectionneur-adjoint de Cédric Énard, à la tête de l’équipe nationale locale.

Avec, en point de mire, le dernier match de la poule E, accueillie à Tallinn, jour où l’Estonie croisera le fer avec la sélection tricolore – rappelons qu’après les JO et dix ans de bons et loyaux services, Laurent Tille aura alors laissé les commandes de la “Team Yavbou“ au Brésilien.

Des perfs plutôt que prévu

Au regard de la composition de cette poule E (outre la France et l’Estonie, s’y retrouvent encore l’Allemagne, la Slovaquie, la Croatie et la Lettonie), ce duel ne devrait pas s’apparenter à une “finale de groupe“– encore que ! – mais peut-être plus sûrement et tout simplement à un match couperet pour l’Estonie.
« Il faudra avoir fait le job avant, confie le sélectionneur-adjoint estonien. Les quatre premiers étant qualifiés pour le tour 2, où nous sommes amenés à croiser avec la poule de la République tchèque, la France et l’Allemagne apparaissant au-dessus, il conviendra d’être présents dès notre entrée en lice contre la Lettonie. Un match qui conditionnera beaucoup de choses. »

L'Euro reste l'objectif !

Depuis l’été 2020, où le trio constitué d’Énard, Geiler mais encore le Finlandais Oliver Lüütsepp, a pris en main les destinées de la sélection balte, le travail accompli a déjà port » ses fruits. En témoignent les campagnes amicales l’an dernier, mais surtout la “Golden League“ en mai dernier où, qualifiés pour le Final Four après des matches de poules tous remportés par les Estoniens, ces derniers n’ont cédé qu’au set décisif en demi-finale, face au tenant du titre turc… qui conservera sa couronne le lendemain face aux Ukrainiens.

« On ne s’attendait pas à aussi bien tourner aussi vite », concédait le coach fréjusien avant, précisément, de gagner la Belgique, site d’accueil de cette finale à quatre. Deux mois plus tard – dont un de vacances en France (« enfin, vacances, c’est vite », se marre celui qui a beaucoup travaillé sur l’intersaison et la préparation de la prochaine confiée aux ordres de son nouvel adjoint, le Canadien Jason Halden) – le sentiment est en tout cas toujours le même.

Depuis deux ans, « l’Euro est l’objectif final pour lequel on travaille. Il ne s’agissait pas nécessairement der performer plus tôt. Maintenant, nous l’avons fait, c’est très bien ».
Mais « il reste du travail durant ces dernières semaines de préparation ».

Avec un groupe plus restreint déjà (« on est passés de 20 à 14 et on finira à 12 »), des retours de joueurs majeurs – « notre passeur-capitaine, 2 RA aussi » – sachant que « nos futurs adversaires, aussi bien en préparation (Finlande, Espagne…) que lors de l’Euro, vont eux aussi proposer des effectifs remaniés ».

Vol retour : avant ou après les quarts ?

Ils le savent, Loïc et le staff estonien ont encore un max de travail à faire, un max de détails à peaufiner pour, à tout le moins, franchir les deux phases de poules et atteindre les 8es de finale. Qu’on se le dise, Loïc a même réservé son vol retour pour… après les quarts de finale.

Mais sincèrement, s’il était quelque peu en retard pour revenir s’occuper des Coco, Fala, Dany, Théo and Co, personne ne lui en voudrait

 

toute l'association

Photos associées : L'Estonie de Loïc Geiler avant l'Euro 2021

Commentaires