Envie de participer ?

Assemblée générale dub Fréjus Var Volley : au bout d’une année très compliquée

Publié il y a 4 semaines par

Assemblée générale dub Fréjus Var Volley : au bout d’une année très compliquée

Comme nous vous l'annoncions dans notre résumé... très résumé voici quelques jours, nous revenons en cette fin de semaine sur l'assemblée générale qui s'est tenue samedi dernier à Sainte-Croix. Un premier bilan général ci-après avant, dans un deuxième temps, de nous attarder plus spécifiquement sur le bilan sportif de la saison et de conclure par quelques échos, informations très croustillantes...

Pas nécessairement facile l’année sportive qui vient de s’écouler. Et le Fréjus Var Volley, qui tenait ce samedi 19 juin la première assemblée générale de sa jeune existence - le club est officiellement né en 2020 après sa sortie du giron amséliste -, n’a pu passer à travers les gouttes.

Pour autant, le club est-varois ne s’en tire pas si mal. Après avoir bien évidemment eu une pensée pour Julien Laporte - qui nous a quittés le 26 avril dernier, et dont « il faut aujourd’hui malheureusement faire sans lui, mais nous allons créer un lieu dans cette salle Sainte-Croix pour qu’il soit toujours présent avec nous » -, le président Alexandre Bonnard ne masquait pas sa satisfaction d’annoncer, dans son rapport moral, que le Fréjus Var Volley avait, « en valeur absolue, gagné des licenciés » cette saison.

Si le constat n’est pas tangible sur le papier, avec 184 licenciés “seulement“, le président apporte le justificatif : « les joueurs loisirs n’ont pu s’entraîner que trois fois en tout début de saison, ils n’ont donc pas pris de licence cette année. C’est ce qui explique la baisse générale mais, au final, nous n’en observons pas moins une légère augmentation des adhérents. »
Les catégories de jeunes n’y sont pas pour rien, avec « 58 % (106) des licenciés de moins de 18 ans, quasiment à parité avec 56 jeunes garçons et 50 jeunes filles. Ce qui apporte un autre constat, celui d’un club mixte ».

Les parents “d’élèves“ satisfaits

Car les jeunes, au final - et au contraire d’autres clubs d’autres régions, qui ne bénéficient pas de conditions climatiques aussi clémentes et favorables qu’à Fréjus (« vas faire venir des gamins faire du beach dehors en pleines vacances de février », souligne ainsi l’ancien président Éric Chassagnard, résident lyonnais en semaine -, ont vu une activité maintenue tout au long de l’année, avec des stages pendant les vacances scolaires (volley en salle à la Toussaint, beach à Fréjus-plage en février). Ce qu’a d’ailleurs salué un parent présent sur cette AG, « au nom de tous les parents, je tenais à vous remercier de tous les efforts et projets proposés en cette année difficile ».
« Tout cela, nous le devons au travail de Julien, toujours lui, et de son binôme, Pierre Vivier, qui n’ont cessé de se démener » pour trouver les parades aux contraintes induites par le confinement et le protocole sanitaire lié au Covid, remerciait le président Bonnard, voyant son trésorier Olivier Conte ajouter, « que ce soit Julien ou Pierre, ils n’ont eu qu’une semaine de chômage partiel sur toute la saison. Ce qui explique que nous n’ayons quasiment pas sollicité d’aide de l’État, l’unique subventions ainsi versée se montant à 1238 € ».

Le volley reste sage côté “pépettes“
Côté trésorerie justement, et fidèle aux “habitudes maisons“, « une potentielle baisse du partenariat et l’absence totale de recettes billetterie et buvette avaient été anticipées dans le budget prévisionnel. Nous avions bien fait je crois », continue Olivier Conte qui se « réjouit au final que nos sponsors nous soient restés fidèles dans leur quasi-totalité. Et ceux qui nous ont laissé ne l’ont pas fait de gaieté de cœur, nous le savons, et ils restent bienvenus à nos côtés quoi qu’il arrive »

Pas de folies pécuniaires par conséquent : « nous avons respecté la demande de la LNV (Ligue nationale de volley, Ndlr) d’anticiper cette baisse, qui a inévitablement eu des conséquences sur la masse salariale, mais Loïc (Geiler, l’entraîneur fréjusien, également adjoint de la sélection estonienne avec qui il disputait précisément ce week-end en Belgique le Final Four de la Golden League, Ndlr), a comme à son habitude su utiliser ses réseaux et son flair pour recruter intelligent ».
Avec des dépenses contenues à quelque 517 K€ et des recettes stabilisées à 625 K€, le volley fréjusien aura su rester sage. Un (très) bon point !

 

toute l'association

Commentaires